GES : Hydrofluorocarbure – Martine Ouellet dénonce les exemptions environnementales dangereuses et injustifiables accordées par Ottawa

Martine Ouellet dénonce vivement les exemptions environnementales dangereuses et injustifiables accordées par Ottawa à de nombreuses entreprises de la chimie. Ces passe-droits ont permis à de grands pollueurs de contrevenir aux lois et règlements en place en utilisant des produits interdits dangereux pour le climat. En effet, en cédant aux lobbys des industries chimiques, le gouvernement canadien ouvre la porte à l’utilisation d’hydrofluorocarbure, un gaz jusqu’à des milliers de fois plus destructeurs pour le climat que le CO2. Cette entorse à la loi, qui peut sembler un petit passe-droit anodin, est un vrai scandale. Elle entrainera des émissions supplémentaires allant jusqu’à un million de tonnes d’équivalent CO2 annuellement.

Martine Ouellet a déclaré : « C’est une autre démonstration tangible de l’hypocrisie du gouvernement canadien. Il fait en cachette exactement le contraire de ce qu’il dit devant les caméras en espérant que la population ne le réalise pas. C’est un gouvernement qui d’un côté se dit pour l’environnement et qui de l’autre, agit à la solde des grosses corporations polluantes. Il sabote volontairement nos efforts collectifs en soustrayant les gros pollueurs de leurs obligations et responsabilités. Il leur permet de polluer de manière indécente sous des prétextes complètement fallacieux. Non seulement le gouvernement canadien ne réduit pas les émissions de GES, mais il les augmente grâce à ce genre de décision perfide et irresponsable. »

L’ancienne ministre des Ressources naturelles et candidate à la prochaine élection partielle dans Marie-Victorin pour Climat Québec ajoute : « Le Canada est un État-voyou qui trompe la population depuis beaucoup trop longtemps en faisant obstacle à une lutte efficace pour contrer le réchauffement climatique malgré ses promesses. Il faut s’en affranchir. Les Québécoises et les Québécois sont en droit de s’attendre à une action rapide et forte pour le climat, mais surtout une action conséquente qui prévaudra face aux autres politiques. C’est ce que Climat Québec veut offrir au Québec, car la crise climatique n’est plus juste une menace lointaine, elle fait déjà des ravages qui ne vont que s’amplifier de façon exponentielle si rien n’est fait. Elle est, et sera, le plus grand défi de notre histoire. Il est plus urgent que jamais d’agir pour mettre fin à ce genre de favoritisme honteux sur notre territoire et un changement de régime politique est le seul moyen d’y arriver. »