COMMUNIQUÉ | Fonderie Horne : Le manque de conviction de la CAQ et de toutes les oppositions est révélateur et totalement indéfendable

Montréal, le 22 juillet 2022 – L’équipe de Climat Québec et sa cheffe, Martine Ouellet, dénoncent l’immense faiblesse de la conviction démontrée par l’ensemble des partis à l’Assemblée nationale dans le dossier de la Fonderie Horne, en n’adoptant pas la seule position qui se tienne, c’est-à-dire suspendre les activités de la fonderie le temps qu’elle se conforme aux normes. Pour Climat Québec, il s’agit là d’une démonstration criante de manque de volonté politique exprimée à l’égard de la défense de la santé des citoyens de Rouyn-Noranda.  Encore une fois, la peur du chantage des emplois de Glencore, fait plier les élus de tous les partis. Ces derniers laissent alors le dossier traîner et certains vont jusqu’à proposer de mettre de l’argent de l’État pour “aider” (traduire par enrichir encore plus)  la multimilliardaire.  Cette attitude de soumission des élus de tous les partis face aux méga-corporations est exactement à l’origine de la crise climatique.  Elle constitue le principal frein au redressement de la situation. Cette attitude toxique des élus, embourbe le discours public et bloque l’effort des citoyens dans leur lutte écologique. 

« L’aplaventrisme de la CAQ et de tous les partis d’opposition est indéfendable. Compte tenu de la situation qui est immensément critique, on peut dire que leur attitude de laisser-aller est quasi criminelle. Nos leaders devraient nous tirer vers le haut et non pas nous niveler vers le bas!  Les positions de la CAQ et des différentes oppositions dans le dossier de la Horne démontrent noir sur blanc qu’ils n’ont pas la colonne vertébrale nécessaire pour faire face aux gros lobbys qui continuent de les mener par le bout du nez.  C’est un cas très révélateur car il est question d’arsenic, de cancer du poumon, de bébés de faible poids.  La démonstration des dangers n’est plus à faire. De plus, Glencore possède tous les millions nécessaires pour les correctifs.  Et nos élus, au lieu d’agir immédiatement pour arrêter les émissions d’arsenic, font de l’électoralisme de bas étage avec des discours qui ménagent la chèvre et le choux, qui noient le poisson avec toutes sortes d’éventuelles mesures non quantifiées et étalée sur une longue période.  Le tout, au détriment des citoyens, femmes, hommes et enfants qui continuent à recevoir leur poison quotidien. Il est temps que ça change, ça ne peut plus continuer comme ça.  »

Pour Climat Québec, la statu quo ne peut plus se maintenir. C’est pourquoi le parti lance donc un défi à toutes les formations politiques d’abandonner l’électoralisme et d’enfin prendre la seule position viable pour le bien des citoyens de Rouyn-Noranda. 

-30-

SOURCE :

climat.quebec

communications@climat.quebec (Pour toute information ou demandes d’entrevues)