Élections partielles dans Marie-Victorin : Climat Québec croit en ses chances de l’emporter

Les élections partielles dans Marie-Victorin étant officiellement lancées, Climat Québec est confiant en ses chances et compte bien travailler sans relâche à ravir la circonscription. La nouvelle formation qui en sera à une première élection considère que tout est possible et c’est pourquoi elle est aussi active sur le terrain depuis les dernières semaines.

La candidate de Climat Québec, Martine Ouellet, est sans équivoque : « Nous comptons mener une campagne complète et active. Lorsque nous allons à la rencontre des citoyens et citoyennes, ils nous disent qu’ils en ont assez d’être bernés par de fausses promesses. Ils en veulent plus pour faire la lutte aux changements climatiques. Pourtant, nous sommes toujours aux prises avec les mêmes vieux partis et leur proximité avec les gros lobbys pollueurs qui nous empêchent d’avancer et même, qui nous font reculer. La crise climatique ne peut plus être repoussée à plus tard. Elle incarne la plus grande menace de notre génération et Climat Québec est la seule voie viable pour y faire face. Il faut briser le statu quo et prendre une nouvelle direction permettant de mettre fin à la destruction de nos territoires et nos ressources. Tout est possible. Nous avons le choix de nous donner les moyens d’agir dès maintenant afin d’assurer un futur viable aux générations à venir. »

Elle ajoute : « Il n’y a plus de doute, la population veut du changement, et ce, plus tôt que tard. Les résultats des dernières élections municipales sont évocateurs à cet effet, la nouveauté ne fait plus peur à la population. La fin du bipartisme traditionnel laisse place à l’intégration de nouvelles idées et de nouveaux mouvements qui représentent réellement les intérêts de la population. Les gens ont à cœur l’environnement et Climat Québec est la seule option résolument dédiée à la lutte aux changements climatiques. Nous avons des propositions audacieuses et innovatrices qui peuvent changer les choses. Ensemble, nous pouvons le faire. »